La Destinée du Sportif (et pas que !)

La Destinée du Sportif (et pas que !)

La Destinée du Sportif (et pas que!)

Destin où es tu?

Aujourd’hui, c’est une réflexion qui m’a habitée toute la journée que je souhaiterai partager : celle de la Destiné. Liée au divin depuis toujours, cette idée se retrouve encore aujourd’hui dans certains courants spirituels, où à l’orée de la vie elle est attribuée à une personne qui a eu un parcours « hors norme ». Et pourtant, il pourrait nous concerner tous puisqu’étymologiquement, la destinée ne fait pas de distinction entre les être qu’elle concerne (cf. définition : « la destinée est le destin particulier d’un être »).

Dans mon travail avec les sportifs de haut niveau en hypnose et avec d’autres techniques de coaching mental à Nice ou ailleurs, je me retrouve souvent spectateur de destins hors du commun. Et ce week end a une saveur particulière.

 

Il a celle de l’or qui a trouvé le cou d’Emilie, sous les applaudissements des foules de Rio il y a 2 ans. Il a aussi la saveur de la sueur et de la magnésie épongée depuis des années, alors que l’équipe de France Jeune atterrit à Moscou. Il a le goût de l’eau dans la bouche avec le cœur au bord des lèvres, tellement l’effort est intense, alors que Lara sort de 25kms de nage pour rencontrer le bronze de l’Europe. Ce week-end sportif, comme bien d’autres, me rappelle la saveur du destin. 

Le paradoxe du sportif

À tout moment pour un sportif, tout peut basculer. Dans un sens comme dans l’autre. Un entrainement peut devenir un calvaire qui met fin à tout, ou embraser le feu de la motivation à la veille d’un rendez-vous. Chaque compétition est instable. Une instabilité que l’entrainement et les heures d’efforts invisibles la plupart du temps, visent à contrôler. 

Car c’est bien un des paradoxes du sport :

 

On l’aime car il est incertain. Et on le pratique car nous aimons rencontrer les limites de notre contrôle de l’insaisissable.

Je ne cite que ceux-là, car je les connais depuis un moment. Et, de loin, à ma place de coach mental, disponible mais absent si le travail est bien fait, je suis spectateur des histoires qui s’écrivent. Avec bonheur, avec tristesse aussi, et en tout cas avec émotion tout le temps.

Alors à postériori, on peut dire que untel ou unetelle a rencontré son destin.

Laissez-moi exposer mon point de vue à la lumière de ces rencontres extraordinaires que j’ai pu avoir avec de nombreux sportifs amateurs ou de haut niveau : le destin ne se rencontre pas. Il se crée.

Là où certains peuvent parfois avoir l’impression d’une forme de Nature profonde, d’un cheminement écrit des hauts et des bas de la Vie… Nous pouvons aussi y voir du choix. Le Choix. Celui-ci est central dans le monde du sport : choix de l’entraineur, du club, du double projet étude/ sport de haut niveau (bien souvent sous payé), de continuer, de rester, de recommencer une olympiade… Le choix est partout.

C’est parce que le sportif de haut niveau, bien souvent jeune, commence à faire des choix, en prenant ses responsabilités, seul ou avec des proches qui le soutiennent, que l’histoire pourra s’écrire. Le choix et la responsabilité.

Loin de la passivité qu’il peut y avoir à remettre entièrement nos vies, nos réussites et nos échecs à un Destin, eux, ils embrassent l’Action.

Ils apprennent tôt à vivre l’échec et à apprécier l’erreur pour mieux savourer la victoire.

C’est bien beau tout ça, mais au quotidien, pour nous, amateurs, non sportifs, que pourrions-nous en tirer ?

Simplement un regard différent. Parmi les projets remis à plus tard, les rêves avortés, les conditionnels errant dans les couloirs des années futures et passées qui ne verront jamais le présent… où en sommes-nous de la responsabilité des choix faits ou non ? Et si les changements que nous souhaiterions voir se produire étaient entre les mains de ces deux actions : choisir et se responsabiliser ?

  • Que choisiriez-vous ?
  • Quelle responsabilité êtes-vous prêts à vous donner pour atteindre vos envies ?
  •  Et si vous étiez l’écrivain d’une page blanche qui pourrait être un roman exceptionnel dont vous seriez le héros, quel serait les premiers mots ?

Aux héros d’aujourd’hui et de demain que vous êtes, aux sportifs cités et à tous les autres coachés à Nice et ailleurs, je vous souhaite qu’à la fin des dernières pages, la destinée du personnage vous donne envie de le relire une seconde fois…

A bientôt.  

Laisser un commentaire

Fermer le menu